REFORMES STRUCTURELLES


 

COMMENT EN SOMMES-NOUS ARRIVES LA ?
COMMENT PREPARER LE « JOUR D’APRES ?

La crise à laquelle notre pays est confronté est de nature systémique et durable. Elle est systémique car elle concerne aussi bien notre fonctionnement social que notre organisation économique. Elle est durable aussi, s’inscrivant dans un processus à l’œuvre depuis le tournant des années soixante-dix et la fin des trente glorieuses. Dans un tel contexte, il était logique d’attendre des pouvoirs publics qu’ils engagent les réformes nécessaires à cet ajustement au temps présent. C’est ce que firent nombre de nos partenaires confrontés à des défis similaires. La France, à l’inverse, paraît avoir pris soin d’éviter les réformes mettant en cause les compromis sociaux et politiques hérités de l’après-guerre. Les tentatives pour faire évoluer sa gouvernance ont été nombreuses. Mais les bonnes volontés semblent s’être consumées en effets d’annonce divers, et dans une logorrhée législative incompréhensible pour la plupart.

Ce formidable gâchis pour notre pays appelle à nous interroger. Comment en sommes-nous arrivés là ?Et comment préparer le « jour d’après », c’est-à-dire le début d’une nouvelle ère politique pour la France, l’ère des grandes réformes et du renouveau ?

lI convient d’appréhender chaque proposition de réforme avec circonspection et sans à priori idéologique. L’enjeu n’est pas tant de savoir « qui a raison », que de déterminer comment mieux faire. Sur la base des tentatives menées en France, des réformes abouties chez nos partenaires et des recommandations formulées par les Organisations Internationales, il est possible d’identifier certaines réformes structurelles prioritaires.
De même faut-il considérer la réforme de notre système éducatif et de la formation professionnelle comme une composante essentielle des réformes structurelles. L’intégration des contraintes et des opportunités écologiques dans les principales fonctions économiques et sociales est un autre aspect transverse qui concerne l’ensemble des réformes de structure, permettant aux générations futures de disposer d’un écosystème préservé et adapté à leurs besoins. Les réformes structurelles sont surtout des réformes de l’action publique, mettant en lumière la nécessité de rationaliser le travail des administrations, en vue de mieux servir les administrés (particuliers et entreprises) et de mieux contrôler les dépenses publiques. Elles sont indissociables de ce choc de modernisation et de simplification de la puissance publique attendu de longue date.
Les réformes structurelles sont surtout des réformes de l’action publique, mettant en lumière la nécessité de rationaliser le travail des administrations, en vue de mieux servir les administrés (particuliers et entreprises) et de mieux contrôler les dépenses publiques. Elles sont indissociables de ce choc de modernisation et de simplification de la puissance publique attendu de longue date.